• 1105 visits
  • 14 articles
  • 644 hearts
  • 3 comments

LA CHANTEUSE VILLENEUVOISE ET LOT ET GARONNAISE : ISABELLEALEXANDRA. 29/03/2013

 
IFS Prod et Romanlucius soutiennent et sponsorisent la chanteuse ISABELLEALEXANDRA.
 
A écouter dans "Son morceau préféré " et sur son blog.
Merci.

Tags : IFS Prod - Isabelle Alexandra

THE LIBER'S LIFE 14/01/2012

 

 

Amis blogueurs,
Dans ce blog, je vais vous donner des extraits de ce que j'écris en matière de romans, de poésies, de pièces de théâtres et de nouvelles liées à l'ésotérisme, l'horreur, les rêves et les cauchemars voire l'indicible... Vous n'avez, je pense, jamais vu un blog comme celui-ci, hyperstructuré, c'est à dire construit avec des ramification en arborescence. Il vous faut bien sur aller voir les liens qui sont à la fin de quasiment tous les articles. Et dans ces parties, il y peut y avoir encore d'autres liens. J'apelle cela des blogs de soutiens. Mais là, ce sont des vrais, pas comme ceux qu'ont vois souvent et qui sont vides : IL Y A DES ARTICLES. Chacun d'eux est consacré à un des thèmes que je propose tout au long du tronc central. Je vous souhaite une bonne visite. Un de mes amis les plus chers m'a un jour annoncé que pour voir attentivement tout ce que j'ai crée, il lui avait fallu plus de DEUX HEURES...
 

 
 
 

Livres maudits : Les comptines infernales de Lucius Nagicanius le Syriaque 14/01/2012

J'ai longtemps hésité à mettre des extraits de ce texte sur un blog, mais après tout, il fait partie de mon travail. Il y a plusieurs années (Il faudra que je recherche la date exacte !) après avoir lu un livre intitulé : Traité méthodique de magie pratique" écrit par Papus dans le courant du XIX eme siècle ou il est décrit page 436, une des visions du miroir magique, j'ai fait un curieux rêve peuplé d'un grand nombre de ces créatures. A mon réveil, j'ai écrit un texte dans une langue que je ne connais pas mais qui me semble être du latin. Dans la semaine qui suivit, j'ai réalisé de nombreux dessins que j'ai conservé et que je vous livre dans ma section "Livres maudits" Si vous êtes facilement impressionables, vous abstenir. Ces créatures sont désignées par l'auteur comme des élémentaux et classés comme dangereux.

Nouvelles : Dans l'ombre du maître. Elias Govet. Tome 1 14/01/2012

 
Prologue
 
Le texte que j'ai, ici, mis par écrit reproduit un ensemble de pages reliées artisanalement par quelqu'un il y à bien longtemps maintenant. Ces feuilles sont noircies, sales et maculées de traces d'un verdâtre vraiment dégoutant. J'en tournais les parties épaisses et rugueuses. Ce texte porte un nom : "Elias Govet" inscrit au bas de quelques pages ainsi que ce sur la face intérieure de ce qui sert de couverture. Il fut trouvé par mon père chez un antiquaire de la ville de Providence dans le Rhode Island, lorsqu'il y était allé, dans une rue célèbre pour ses bouquinistes, non loin de la fameuse université Brown fondée en1870. Ce texte est en Anglais car l'humanité toute entière doit maintenant savoir quelles choses étranges ont lieues dans les endroits les plus secrets, sous les villes, dans les sous-sols de vos cimetières, non loin de votre humble demeure, dans les placards de celle-ci ?
 
Pour en voir plus sur les nouvelles de style lovecraftien, cliquez sur : http://ecrivain47350.skyrock.mobi/

Roman : Le Saint livre d'Arctosia 14/01/2012

 
Ou l'on découvre que le gognot est revenu !
Cette histoire prends sa source céleste dans plusieurs millions d'années au sein d'Alwrs, une étoile de la constellation de la Grande Ourse.  Un trait de lumière oscille rapidement au-delà des autres corps de son système puis, semble descélérer lorsqu'il arrive auprès d'Arctosia, la planète géante. Noyée au milieu de ses soeurs, cette eau céleste entame ainsi un voyage qui va l'amener à plonger en plein coeur de sa belle. Elle s'approche, volant aussi vite qu'elle peut, ne s'occupant plus de l'étoile qui l'a envoyée, si petite messagère qu'elle soit. Son atmosphère, ses deux immenses continents, quelques îles qui les entourent et un océan encore plus vaste formment le panorama qu'elle pourrait se décider d'aller visiter. Elle continue de nager à toute vitesse et traverse une épaisse couche atmosphérique bleuâtre. Quelques nuages se promènent par-ci par-là à des altitudes différentes. Mais une soudaine décélération l'envoie sur un continent bien précis, le Thalhuls. Ce messager lumineux observe un court instant des montagnes s'afficher au loin, au méridient. Il commencent à entr'apercevoir les détails d'une vallée qui deviennent de plus en plus nets au fur et à mesure que son regard s'approche d'eux. Ce rayon s'arrête et se dissout pour s'incarner au dedans d'un très beau décors planté au milieu d'un grand nombre de champs cultivés. C'est à cet endroit que se dresse une maison faite de pierres et de ciment naturel.  Cette bâtisse ronde, dont les murs sont construits un peu en escalier est entièrement recouverte de terre et de fleurs qui y poussent. Ces fleurs blanches sont des Adélaïdes, du nom de la maîtresse de maison De-ci de-là, il est possible d'y voir des ouvertures qui peuvent être fermées par des stores en lattes de roseaux piochés dans la nature, travaillés et recouverts d'une résine au doux parfum de fleur.
GLOSSAIRE
Gognot : Créature volante ressemblant dans son physique et dans ses moeurs à une cigogne. Zwrs : Habitants de la planète Arctosia. Prononcez Zaoursse. Zwrson : Petits des Zwrs. Prononcez Zaourson.

Pour en lire plus sur les trois volumes : http://www.luciusliber.blogspace.fr
 
Pour en lire plus sur les nouveaux extraits du volume I "La guerre contre les Zinsects" : http://terence47000.skyrock.mobi/1.html

Pour aller voir la page facebook, cliquez sur : Le saint livre d'Arctosia

Théâtre : Les dialogues d'outre tombe. L'enthousiasme de Pélléas. Tome 5 14/01/2012

 
PREMIER ACTE, PREMIERE SCENE
(Pélléas, Anfortas.)
(A Athènes, au pieds de l'olympéion, le temple de Zeus Pater à l'intérieur duquel des fidèles prient ou viennent consulter une augure.)
PELLEAS
( Un peu essoufflé et bizarre.)

Ah mon bon ami, Me voici me voila, J'ai du pour venir ici, Parcourir les forets et les bois, J'ai traversé les rivières, Et s'il l'eut fallu j'aurais parcouru la mer...

ANFORTAS
(Tout étonné.)


Tu as parcourus Pélléas les forets et les bois, Alors que tu habites en ville ma fois ? Quel bien étrange et beau jardin, As-tu-pu traverser en chemin? Celui des belladonnes et des pavots acérés, Là ou vit la mystérieuse nymphe Adrastée, Ou celui d'Achlysmonée le plus glabre, Dont on ne voit que l'obscurité des ténèbres, Mon ami que tu me sembles étrange, Allons dis-moi donc ce qui te dérange...

Pour en lire plus sur les dialogues d'outre tombe, cliquez sur : http://dialoguesdoutretombe.skyrock.mobi/

Rèves : Le livre des frères d'Ormusse. 14/01/2012

 
ANNEE 1986
MERCREDI 8 JANVIER 1986 N°4
Je réussi à franchir une frontière clandestinement en voiture, à toute vitesse. Je passe devant une gare et reconnais le TGV. Deux agents me poursuivent dans un hôtel abandonné. Au quatrième étage l'escalier se rétrécit. Au cinquième, j'arrive devant la porte du grenier. Derrière, j'y trouve une arme et les tue tous les deux. Sortant de la ville, je me réfugie en foret. Une camionnette de gendarmes s'arrête. Descendant un ravin, un chien me repère. Il s'enfuit lorsque je tire. Je rencontre une femme singe dans une grotte. Elle taille un caillou. Assis a coté d'elle, je la regarde. J'aperçois un cadran solaire à un arbre. Les aiguilles tournent très vite. Des missiles surgissent et nous touchent. [ Maître-mot : Forêt. La forêt et ses mystère ont la même densité de symboles que l'inconscient. Elle représente également l'inconnu et toutes les facettes du subconscient du songeur. L'espoir est au bout de la fuite si le dormeur est en proie à des confusions devant les nombreux choix de vie qu'il doit faire.]

Pour en lire plus sur le livre des frères d'Ormusse, cliquez sur : http://lelivredesreves.skyrock.mobi/

La démonialité de Lahem. 14/01/2012


 
La Démonialité de Lahem

PROLOGUE

Cet opuscule de pages a été écrit en 1093 à Constantinople. Il fut apparemment rédigé par un frère du très mystérieux saint ordre de la croix noire d'Alexandrie. Nul n'a jamais entendu parler de cet ordre autre que dans ce livre et nul ne sait ce qu'il à put advenir de lui depuis une dizaine de siècles et encore moins s'il existe encore. Ce document explique à partir de ce qui arriva au pays de khem à Lahem ; une prêtresse du trône ; la raison de la fondation de cet ordre noir. Quelques-uns unes de ses règles strictes sont également abordées. Ce livre fut mis à l'index et condamné par le premier prélat de Rome et successeur de Pierre de son époque, Urbain II. Tous les exemplaires que l'institution romaine put retrouver furent brûlés en compagnie des personnes qui l'avaient eu en sa possession. Le feu soit disant purificateur eu raison de ses innocents. Pierre de Lancre écrivait il y a bien longtemps : « Danser indécemment, festoyer horriblement, s'accoupler diaboliquement, sodomiser exécrablement, blasphémer scandaleusement, se venger insidieusement, courir après tous les désirs horribles, sales et dénaturés, tenir les crapauds, les vipères, les lézards et toutes sortes de poisons précieusement, aimer un incube ardemment, le carresser amoureusement, s'accoupler avec lui impudemment et horriblement et impudemment ne peuvent être que la révélation d'une accointance exécrable en compagnie des forces infernales et ne peut donc s'expier par autre justice que celle du feu qui ramène l'enfer à l'enfer. » Mais ne vous méprenez donc pas, que cela soit chez les croix –noirs ou chez les moines blancs, dans tous les cas de telles institutions ne peuvent amener qu'a la destruction de vies humaines. Heureusement pour nous quelques exemplaires furent sauvés et survécurent par delà le temps j'usqua notre époque. Ils se transmirent en cachette de génération en génération et ainsi l'infâme LA DEMONIALITE DE LAHEM n'a j'usqua ce jour ; que je le sache ; plus jamais été publié ni dans sa version originelle ni encore moins dans son intégralité.
J'ai été agréablement surpris de retrouver un jour de recherche fructueuse chez un sympathique bouquiniste de la rue au juifs à Rouen en Seine-inférieure un document in octavo de 25Î20cm qui s'intitulait LE LIVRE DES PREUVES DE LA DEMONIALITE et qui n'était en fait qu'une version très largement édulcorée de l'original que j'ai en ma possession et que j'ai reçu en héritage de mes ancêtres. Vous le lirez, l'original est bien plus effroyable encore et ceci explique qu'aux temps de peurs et de superstition du moyen –age, un prélat effrayé ait désiré faire disparaître cet ouvrage de la surface du globe terrestre.
J'espère que tout ceci arrivera un jour à la postérité et que la DEMONIALITE DE LAHEM sera à nouveau publiée in –extenso dans sa plus grande gloire et au regard de tous à l'abri de toute censure politique ou ecclésiastique.


ANDREAS-FRANCOIS DELALOMBARRE 1885
Touts droits réservés. Oeuvre protégée. IFSprod.

De Alta Fagia a Hautefage-la-tour 14/01/2012

 
De Alta Fagia à Hautefage-la-tour.
(Lot et Garonne.)
 
PREFACE
 
Hautefage-la-tour est un petit village, une de ces communes rurales du Lot et Garonne dont l'histoire est fondue dans l'épopée historique de l'Aquitaine et de la Gascogne. Il y fait bon vivre. Il y à maintenant plusieurs années de cela, j'ai eu par hasard l'occasion de trouver d'anciennes cartes postales de mon village dans une brocante, à l'établi d'un spécialiste d'une de ces si anciennes mais si belles images. J'y ai vu mon village tel qu'il existait au début du Vingtième siècle ainsi que des habitants. Cela m'a à la fois ravi, intrigué et étonné. J'ai donc décidé de faire des recherches. J'ai récupéré de la documentation sur le village dans mes archives que l'on m'avait donné à l'école primaire. Je suis allé consulter les archives départementales à Agen et je suis allé à la bibliothèque nationale à Paris ou j'ai pu entre autre consulter les fameux « documents Lobineau.» (Ceux dont ont parlent dans la fameuse affaire Saunière de Rennes-le-Château, mais ceci est une autre histoire !) J'ai eu également l'occasion de visiter la maison du Lot et Garonne à Paris (Qui n'existe plus !) où l'on trouvait des prospectus sur de nombreuses communes du département, notamment Laroque et Penne d'Agenais, mais décidément rien sur Hautefage-la-tour. De plus, j'ai eu l'occasion de flâner au rayon « Régionalisme » de divers magasin et on ne trouve pas ou peu de choses concernant Hautefage-la-tour. J'ai donc décidé d'écrire un livre que vous voici ainsi servi. J'espère qu'il vous plaira. Bonne lecture !

Poèmes de style égyptien : Le livre des hymnes de khem. 14/01/2012

1«Râ, de Vérité et de Justice »
« Salut à toi, Ô Râ, possesseur de la Vérité et de la Justice,
Seigneur de la fête du jour le plus long,
Pour qui l'on célèbre les six jours de la fête du Dernier temps,
Souverain maître de toutes les divinités,
Que l'on peut contempler au c½ur de l'horizon,
Tes rayons font ta force et ta force n'a pas d'age,
Salut à toi, dont la chapelle est cachée,
Salut à toi, seigneur des divinités,
Voici Khépé-Râ, qui réside en sa barque,
Aesh-Thoum, créateur des hommes,
Qui choisit leurs formes et les fait vivre,
Qui distingue la peau de l'un de celle de l'autre,
Heru-Râ-Ha qui écoute la prière de celui qui connaît l'adversité,
Kraema-Asar, au c½ur compatissant pour celui qui l'invoque,
Shu, qui délivre le craintif de l'audacieux et sépare l'affligé du malheur,
Hoor-Pa-Krâat, possesseur de la parole et de la connaissance,
Khon-Shu dont le Nil vient selon le désir, lui le maître de la douceur,
Qui grandement inspire l'amour,
Imsety-Aper qui donne la liberté d'aller à tous les hommes,
Nouout- Mâat, qui fit venir à l'existence les délices de la lumière et qui est celle dont les autres se réjouissent de sa beauté et vivent mieux lorsqu'ils la voient,
Rechty-Merty, Râ-Hoor-Khuit, Duâa-mu-tef, Hor-Ra-moth, Qebeh-sennef, Tâar-Pesh-hethet et tout les autres,
Salut à toi, Ô Ra, vénéré dans Karanak, aux levers radieux dans le monde de Seg, Salut à toi, qui résides en la paix, seigneur de la joie quand ton amour se déploie à travers les deux terres, et que tes rayons illuminent les yeux : tu est le bonheur des hommes. »
2« La forme unique »
« Ô forme unique, qui a créé tout ce qui est, l'unique des uniques, qui a fait ce qui existe, Les hommes sont issus de tes yeux, les divinités de ta parole,
Ô, toi auteur des pâturages qui fais vivre toutes les bêtes
Ô, toi créateur de la plante de vie destinée aux hommes,
Toi qui entretiens la vie des poissons de la rivière et des oiseaux dans le ciel,
Toi, qui donnes le souffle à celui qui est encore dans l'½uf,
Toi, qui nourrit les oiseaux et les êtres qui volent, les serpents et les insectes de même,
Ta lumière et ton amour sont dans le ciel du Sud,
Ta douceur est dans le ciel du Nord,
Ta beauté ravit les c½urs et mon amour pour toi rend mes bras sans force,
Ta forme parfaite paralyse mes mains, et mon esprit divague en te voyant.
Toi, qui as fait cela en totalité,
L'unique des uniques, aux bras nombreux,
Veillant sur tous les hommes, passant son temps à rechercher ce qui peut être utile à son troupeau,
Ô Ra, stabilisateur de toutes choses,
Les hommes te prodiguent des louanges disant,
Salut et hommage pour toi, par ton troupeau entier,
Les réjouissances sont pour toi en chaque pays étranger,
 Jusqu'à la hauteur du ciel, sur la largeur de la terre,
Les divinités viennent se courber devant ta majesté,
Exaltant la gloire de leur création,
Se réjouissant à l'approche de celui qui les a engendrés. »

3« Bienvenue dans la paix »
« Bienvenue ! Bienvenue dans la paix,
Ô père des pères de toutes les divinités, qui as soulevé le ciel et repoussé la terre, qui as fait ce qui est et façonne ce qui existe.
Ô souverain, chef des dieux, nous adorons ta gloire, car tu nous as créés, tu as oeuvré pour nous mettre au monde, nous te prodiguons des louanges, car tu es las à cause de nous.
Bienvenu !
Bienvenu dans la paix, Auteur de toutes choses, maître de la vérité et de la justice, Père du divin, auteur des hommes, Créateur de tous les troupeaux, Seigneur du grain qui fais vivre aussi les animaux du désert.
Ô père des pères, au beau visage, aimé dans Karanak, Aux levers radieux, dont les diadèmes sont renouvelés dans la grande salle du jugement.
Ô père des pères, dieu des deux horizons, celui qui a créé le désert, l'argent, l'or, le lapis-lazuli véritable, et tout de par sa volonté, Ce chant d'amour et de ferveur, le plus vibrant que nous ayons composé, nous le léguons à toi pour la postérité de la lumière. »
4« Gloire à toi dans l'horizon »
« A l'aube, tu resplendis dans l'horizon, tu illumines le soleil,
Dans le jour, tu chasses le noir lorsque tu donnes tes rayons,
Les deux pays s'éveillent en fête, les hommes se lèvent sur leurs pieds,
 A cause de toi, ils lavent leur corps, prennent leurs vêtements,
Leurs bras s'ouvrent pour adorer ton lever,
La terre entière fait son ouvrage !
Tu développes le germe dans les femmes,
De la semence tu fais des hommes,
Entretenant le fils dans le sein de sa mère,
Et l'apaisant pour qu'il ne pleure pas,
Nourrice dans le sein,
Tu donnes à ce que tu crées le souffle qui l'anime.
Quand l'enfant sort du sein le jour de sa naissance,
Tu ouvres sa bouche et tu pourvois à ses besoins !
Combien nombreuses sont tes oeuvres, mystérieuses à nos yeux !
Seule divinité, toi qui n'as pas de semblable,
Tu as créé la terre selon ton c½ur, alors que tu étais seul,
Les hommes, les bêtes domestiques et sauvages,
Tout ce qui est sur la terre et marche sur ses pieds,
Tout ce qui est dans le ciel et vole de ses ailes,
Les pays étrangers, Koush, Nubie, et la terre de Khem,
Tu as mis chaque homme à sa place
Et tu pourvois à leurs besoins.
A chacun sa provende et son temps de vie.
Leurs langues sont diverses en paroles,
Leurs caractères aussi et leur teint diffère,
Tu as distingué les contrées.
Tu crées le Nihil et le fais surgir par amour,
Pour que vivent les habitants, puisque tu les as faits pour toi,
Tous les pays les plus lointains, tu les fais vivre,
Tu leur as donné un Nihil qui déborde du ciel,
Pour descendre sur eux, battre les coteaux de ses ondées,
Et arroser leurs champs entre leurs villages.
Tu es seul à resplendir sous tes aspects de soleil vivant,
Que tu apparaisses à peine ou que tu sois au comble de l'éclat,
Que tu sois loin ou te rapproches,
Tu as crée des millions de formes de toi seul,
Villes et villages, les champs, les chemins et le fleuve !
Les êtres de la terre se forment sous ta main comme tu les as voulus.
Tu resplendis, et ils vivent,
Tu te couches et ils meurent,
Tu as la durée de la vie par toi-même,
Les yeux sont sur ta beauté jusqu'à ce que tu te couches.
Depuis que tu as fondé la terre, tu les élèves pour ton fils,
Issu de ta chair, le roi de Khem »
5« Bonjour Râ »
«Bonjour Râ,
Je vous aime tendrement et point ne vous hais,
Bonjour Râ,
Vous m'avez gardé pendant que je dormais,
Bonjour Râ,
gardez-moi encore s'il vous plait »
6« Le donneur de vie»
« Je te remercie, Ô grand Râ créateur,
Je te glorifie, Ô grand Râ créateur,
Tu as fait en moi de grandes choses,
Tu as béni cet enfant qui va naître,
Tu as veillé sur leurs frères et leurs s½urs, Je te glorifie,
Ô grand Râ créateur, Je te remercie,
Ô grand Râ créateur,
Tu as fait qu'ils soient notre joie sur terre,
Tu as béni son ombre pendant l'attente,
Tu as veillé sur moi sa mère »
7« Les louanges »
« Tes louanges seront chantées dans les siècles éternels,
Elles le seront par tes amis confraternels,
Elles te glorifieront par ceux qui te font appel,
Par l'esprit, le corps et le sel, Tes affidés te resteront toujours fidèles,
Elles deviendront d'éternels murmures,
Elles prendront l'air dune frêle voilure,
Au détour d'une voix ou d'un pan de mur,
Pour venir se découvrir dans les siècles futurs,
Dans un recueil pour conclure,
Elles deviendront des prophéties ardentes,
Elles formeront une clameur sous-jacente,
Les voilà qu'elles redeviendront luisantes,
Le passionné les lira d'une lenteur lente,
Et elles redeviendront des louanges puissantes »
 
Pour en lire plus sur le livre des hymnes de khem, cliquez sur : http://christophe4701.skyrock.mobi/